Pain bannique – Recette amérindienne

Bien avant l’arrivée des colons européens, les “premières nations” vivaient au Canada, alors découpé en plusieurs grandes régions selon les tribus : inuits dans le grand nord, les plaines étant entre autre partagées par les Eeyou, Ojibwés au sud ou encore les Anishinaabeg dans l’actuel Québec. Cette grande diversité culturelle, de langue et notamment de cuisine a progressivement été effacée par les colons. Paradoxalement, de nombreux textes écrits par certains groupes coloniaux présentent en détail ces traditions, en particuliers les trappeurs, vivant en cohabitation en raison de leur métier.

On dit d’ailleurs que c’est de cette relation particulière que vient le pain bannique, Bannock en écossais qui signifie “pâte cuite”. Les premières nations réalisaient alors une galette cuite à même le feu réalisée à partir de rhizome, des racines similaires au galanga ou au manioc réduite en purée jusqu’à obtenir une pâte. Il en existe de nombreuses variante à travers toute l’Amérique du Nord. Progressivement, les premiers colons apportent la farine qui améliore sa conservation. Le pain bannique est aujourd’hui un symbole de l’héritage amérindien dans la cuisine canadienne.

Ingrédients

280 g de farine

8 g de sel

5 g de levure chimique

40 g de sucre

2 càs d’huile

Eau

Préparation

  1. Dans un saladier, mélanger la farine, le sel, le sucre et la levure chimique. Ajouter l’eau progressivement jusqu’à obtenir une pâte lisse et homogène.
  2. Sur un plan de travail légèrement fariné, former un cercle avec la pâte. Cuire dans une poêle chaude huilée pendant quelques minutes de chaque côté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.