Tsuyu udon – Nouilles udon au bouillon aigre-doux – Recette japonaise

Tsuyu udon, nouilles udon au bouillon mentsuyu, algues, tsukeboshi et naruto
Tsuyu udon, nouilles udon au bouillon mentsuyu, algues, tsukeboshi et naruto

Au Japon, 3 variétés de nouilles tiennent la première place des ventes : les ramen, à base de farine de blé proches des nouilles chinoises, les udon, bien plus épaisses et les sobas, que nous avions préparés en bouillon froid.

Les sobas sont préparées à partir de farine de sarrasin et sont certainement les plus anciennes du pays, bien avant l’arrivée de blé au 19ème siècle.

Aujourd’hui, on découvre donc un plat préparé à partir de nouilles udon accompagnées d’un bouillon tsuyu. Pour le préparer, il suffit de mélanger du dashi avec du soja et du mirin (parfois même du saké pour lui apporter plus de caractère).

Pour un repas rapide, il existe des tsuyu tout prêts en bouteille, mais le préparer soi-même apporte toutefois une subtilité bien particulière au plat ! Enfin, ils vous faudra aussi ajouter du surimi kamaboko.

Bien loin du surimi que l’on trouve en europe, la version originale japonaise est un art ancien qui remonte au 14ème siècle. Pour le préparer, il suffit de cuire à la vapeur de la chair de poisson blanc hachée. Il existe de nombreuses variantes artistiques du surimi kamaboko comme le fameux naruto présent sur la photo, indispensable pour la préparation de ramen !

Ingrédients


· Pour le bouillon Mentsuyu
12 cl de saké
27 cl de mirin
25 cl de sauce soja
5 g de kelp
10 g de flocons de bonite séchée

· Pour les nouilles
180 g de Udon sèche ou 500 g de Udon fraîches
Algues wakame séchées
Surimi kamaboko
Une ciboule émincée
Flocons de bonite
1 jaune d’oeuf cru

Préparation


1. Verser le saké dans une casserole et porter à ébullition à feu moyen. Ajouter le mirin, la sauce soja, le kelp, la bonite séchée et porter à ébullition. Cuire à feu doux pendant 5 minutes. Retirer du feu et laisser refroidir. Filtrer le bouillon à l’aide d’une passoire. Ce bouillon peut se conserver au moins un mois au réfrigérateur et 6 mois au congélateur.
2. Réhydrater les algues wakame dans de l’eau froide pendant 10 minutes. Égoutter et réserver.
3. Dans une casserole, porter 60 cl d’eau à ébullition Ajouter 30 cl de Mentsuyu et porter à ébullition. Ajouter les udon et cuire pendant 10 minutes à feu moyen – doux.
4. Répartir les nouilles et le bouillon dans des bols et garnir d’algues wakame, de surimi, de ciboule, de flocons de bonite et du jaune d’oeuf cru.

, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. […] leur forme actuelle, les nouilles “Kalguksu” ont été la première variété de nouilles à être réellement populaire et accessible à l’ensemble des coréens. Apparues dans les années […]

  2. […] Aujourd’hui, pour notre dernier jour en Corée, on se prépare un plat tout récent, mis sous les feux des projecteurs grâce au film Parasite, grand succès coréen de l’année 2019. Au départ, le Jjapaguri est un plat simple et populaire, préparé principalement par des étudiants ou des jeunes actifs. Il consiste à mélanger deux variétés différentes de nouilles instantanées, les Jjapaghetti à base de soja noir, et les Neoguri épicés comparables aux udon. […]

  3. […] Pour parvenir à cet équilibre, chaque ingrédient est assaisonné ou mariné, puis cuit séparément. Comme vous pouvez le voir, et le verrez tout au cours de notre mois, la Corée a su conserver une transcription étendue de son passé malgré son histoire complexe et les nombreuses guerres au cours des derniers siècles. Le goût “rustique” de ce plat, en plus de son âge, est grandement dû au choix des nouilles utilisées. […]

  4. […] La patate en revanche n’est pas là par hasard puisque la Bretagne a été l’une des premières régions de France à en consommer de façon courante. Alors qu’ailleurs on pensait qu’elle transmettait la lèpre, on retrouve la patate près de Rennes au moins en 1757, et certainement bien avant. Précisons également que si la farine de blé prend de l’ampleur, ce gâteau, comme la plupart des spécialités bretonnes, est au départ réalisé avec ce que l’on surnomme le “blé noir”, ou sarrasin. […]

  5. […] à plat national en été. Le principe est simple : la base se doit d’être composée de nouilles de sarrasin, d’une sauce légèrement sucrée et des garnitures de votre […]

  6. […] de la grande famille des “thukpas”, que l’on pourrait simplement traduire par “soupe de nouilles“. Dans cette recette, les nouilles sont assez intéressantes. Le principe est simple mais un peu […]